Les huîtres de Bretagne nous veulent du bien !

Huîtres de Bretagne

Article écrit en partenariat avec le Comité Régionaux de la Conchyliculture de Bretagne Sud

Avant de vivre en Bretagne, les huîtres, c’était pour moi un plat occasionnel que je savourais durant les fêtes de fin d’année ou pendant nos vacances en bord de mer. Depuis que j’ai déménagé en ici, c’est devenu une sorte d’hygiène de vie. On mange des huîtres aussi souvent que possible et on se régale, croyez-moi.

Nous avons la chance d’avoir le camion d’un petit producteur du Belon (sud Bretagne) qui se gare chaque samedi matin au bout de la rue (les food trucks parisiens n’ont qu’à bien se tenir !) alors nous cédons souvent à la tentation. C’est même un des petits plaisirs que nous faisons systématiquement aux Parisiens qui passent le week-end chez nous.

Huîtres de Bretagne

Personnellement, j’ai n’ai apprécié les huîtres qu’à 20 ans passés mais depuis, plus j’en mange, plus je les apprécie. Je ne me suis jamais trop intéressée à ce que les huîtres apportaient au niveau nutritionnel mais ces derniers temps, comme je suis en phase de perte de poids, j’ai découvert que les huîtres étaient mes meilleurs amies !

Au niveau calories, les huîtres sont super intéressantes. Une douzaine d’huîtres vous apporte seulement 68,8 calories, soit moins que deux carrés de chocolat au lait. Se faire plaisir sans compter, c’est bon pour la ligne et pour le moral.

Les huîtres sont également très riches en protéines de bonne qualité, celles qui aident à la formation et au renouvellement des tissus. Entre un coup de botox et bonne douzaine d’huîtres, le choix est vite fait, pas vrai ?Huîtres de Bretagne

Les huîtres contiennent du fer et de nombreuses vitamines, dont de la vitamine D. Une seule huître comble à elle seule 40 % des apports suffisants en cette vitamine. Qui dit mieux ?

Elles apportent aussi 80 mg de zinc pour 100 grammes consommés, soit près de 5 fois les apports journaliers recommandés pour un adulte. Et quand on sait que le zinc favorise la pousse et la santé des cheveux, on trouve une nouvelle bonne raison de manger des huîtres, s’il en fallait d’autres à part la gourmandise !

Côté santé : vitamine D + oligoélements + fer = le bon cocktail pour se défendre contre les maux hivernaux.

Huîtres de Bretagne

Mes huîtres préférées sont les huîtres creuses du Belon (l’affinage se déroule dans la rivière du Belon) ou celles de la ria d’Etel (très chargées en saveurs marines mais peu iodées), sûrement parce que ce sont celles qui sont les plus proches de chez moi. Je crois que la Parisienne en moi devient chauvine car je ne mange plus jamais d’huîtres autres que les bretonnes, j’ai peur de ne pas les trouver aussi bonnes ! Bonne nouvelle pour vous, les huîtres bretonnes voyagent très bien et vous pouvez les retrouver partout en France.

Je les apprécie avec simplement un petit filet de jus de citron ou avec une sauce à l’échalote. J’ai découvert cet assaisonnement lors de notre visite chez un ostréiculteur de l’Île aux Moines : deux échalotes finement coupées recouvertes de vinaigre de vin. Archi-simple mais complètement délicieux, miam ! Avec du pain noir et du beurre salé, évidemment !

Huîtres de Bretagne    Huîtres de Bretagne

Et vous, est-ce que vous connaissez les huîtres de Bretagne ?

24 commentaires

  1. ah les huitres quel délice
    le seul problème c’est que je mange beaucoup de pain beurre avec !!!!
    perso je préfère les huitres de Manche, justement plus iodées, plus salées
    mais habitant maintenant en loire atlantique j’ai beaucoup de mal à en trouver
    les goûts et les couleurs !!!!!!!!
    joyeuses fêtes

  2. Cancale y a que ça de vrai pour des huîtres ! Et avec une maison de vacances à Saint Malo, les huîtres , ce n’est pas un menu spécial fêtes, c’est un menu de vacances ou de retour de vacances. Et je n’en ai jamais acheté ailleurs…
    Bonnes fêtes!

  3. J’ai adoré les huîtres et j’en ai même mangé des tas mais 3 fois malade et du coup plus du tout envie… je me tourne vers le crabe et les bigorneaux!

    1. Avec tout ce que je mange, je n’ai jamais eu un seul souci (je touche du bois). Mais s’il y a un doute à l’ouverture, mieux vaut ne pas insister !

  4. Je n’aime pas les huîtres, mais me régalerais bien de ton bol de crevettes…
    Mon mari, très fin connaisseur, ne jure que par les huîtres du Golfe du Morbihan… qui rencontrent un succès inégalé lors des dégustations entre amis dans notre maison de la presqu’île de Rhuys… Tu devrais essayer !

  5. Comment saliver à 10h du mat ?? Lire un billet ici !
    Les huitres je suis archi fan, j’ai toujours aimé ça. J’ai des souvenirs d’enfance avec ma belle mère (la 2ème femme de mon père) devant des douzaines d’huitres aux Halles de Lyon ! L’écailler était estomaqué qu’une efant puisse les apprécier autant.
    Pour ma première grossesse, une des questions qui m’est venue chez le Gigi qui m’a confirmé que j’étais enceinte « heu je peux manger des huitres ? »
    Bretonnes ou d’ailleurs je les aiment <3
    Bref, tu l'auras compris je kiffe les huitres. Mais je n'habite pas près de producteurs..donc ici les prix, comme la qualité font parfois défaut. Ma conso est donc essentiellement pendant les fêtes..

  6. Prat ar koum… de la côte nord Finistère.
    Un vrai régal et qu’on trouve de manière très confidentielle … surtout en Finistère

  7. Ria d’Etel ou Belon, quel délice! Et dans 3 jours régal en perspective!
    Un producteur au bout de la rue c’est le rêve, d’ailleurs peut être pas tres loin de ma rue aussi puisque souvent tes photos montrent des endroits très familiers!
    Joyeux Noël!

  8. Jeune étudiante, quand je suis partie de la maison familiale, mon père m’a offert un couteau à huître et une séance d’apprentissage d’ouverture des huîtres ! Au-to-no-mie !!
    Je suis une dingo d’huîtres. Le plus souvent possible. Je sui sûr que c’est vraiment excellent pour la santé : j’suis jamais malade !! Et j’adore boire l’eau des huîtres – dingo oui oui.
    Les petites plates sauvages de Locmariaquer ont ma préférence. Mais quand personne ne va les pêcher pour moi, je me contente avec joie de celle d’Etel. J’ai un producteur du tonnerre…
    Je préfère vraiment les huîtres de la Ria (Nostang ou St Hélène si jamais je ne pousse pas jusqu’à Etel). Mais je ne crache pas sur les Belon, les Prat-ar-Coum ou soyons fous les oléronnaises… Y’a que Boutiques qui me laisse sur ma faim.
    Vive les huîtres…
    Effectivement faut juste se rationner sur le pain-beurre qui va si bien avec…

  9. Purée je sors tout juste du japonais et je salive (j’ai presque bavé d’ailleurs) devant tes photos !!
    J’adore les huîtres avé du beurre salé 😉 ! Hâte d’être dimanche midi pour me régaler !!
    Mais tu le sais en Parisie, les prix sont exorbitants; surtout pendant les fêtes …
    Les meilleures que j’ai mangé jusque là, c’est l »année dernière dans une brasserie de Quiberon, je m’en rappelle encore :-), avec Mymy on s’en était mis plein les moustaches. On a avait pris une assiette pour 2 au début, on a terminé avec 3 douzaines dans le bide 🙂 !

    Je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année les filles, un très joyeux Noël, soyez bien gâtées !

    Bisous

  10. I live near Josselin and my Oysters of reference are bought in the Saturday produce market. They come from Lamor Baden in the Gulf of Morbihan and are sublime 🙂 I eat them with just little lemon juice and good grain bread, also from the artisan baker in the market, but sometimes I BBQ them with home grown herb and garlic butter. A simple treat that satisfies the sensibilities of friends who cannot bring themselves to consume a raw, possibly still alive creature …

  11. Les huîtres, un délice avec chacune leurs qualités gustatives. Un bar à huîtres va d’ailleurs d’ouvrir sur Audierne en février, l’occasion de passer un bon moment.

  12. J’aime aussi beaucoup les huitres de la Ria ! … AAhh celles de Ste Hélène !! ☺
    Je me dis que nous avons bcp de chance de pouvoir en déguster tout au long de l’année pour des prix plutôt raisonnables.

    Merci pour ce joli billet … tiens je vais demander à zhom de m’en ouvrir pour ce soir ! ☺

  13. Coucou
    Je suis une fan d’huîtres depuis petite à Madagascar. On les mangeait directement sur le rocher avec couteau à huître et citron. Et le hasard de la vie à fait que j’ai rencontré un breton de la baie de Morlaix il y a 30 ans et depuis j’y vis. Si un jour vous passez par le Dourduff en mer dans la baie de Morlaix rendez visite à l’huitrier pie où un couple d’ostreiculteur obtient depuis plusieurs années la médaille d’or du concours agricole de Paris et viens d’avoir cette année la médaille suprême L’Excellence. Et je vous laisse imaginer qu’ayant sillonner toutes les régions ostreicoles de.France ces huîtres là sont DÉLICIEUSES…. un goût bien iodé, une fermeté ssuivied’une saveur moelleuse et une fin de bouche noisette. Juste merveilleux. Alors venez et goutez les. Les patrons ne font jamais de pub sur leurs médailles alors que dans la baie de Morlaix se trouvent les meilleurs huîtres de France. Et certains producteurs fournissent les plus grandes tables parisiennes dont le palais à l’Élysée, sans tambour ni trompette. La modestie même. Alors je voudrais leur rendre cet hommage car ce sont de belles personnes qui produisent avec brio des huîtres delicieuses. Vive la Baie de Morlaix.

  14. Les fameuses huitres Prat Ar Coum sont aussi de la même Baie de Morlaix . Comme quoi nos huîtres sont bien réputées. ….

  15. Bonjour,
    là, j’adhère encore plus que pour les différent articles que j’ai pu lire sur cette page. J’habite en Bourgogne ,après une trentaine d’année en Bretagne, mais bon c’est le boulot qui commande…
    Pour les huîtres, moi c’est toute l’année également, même si celle que je vais chercher à la grève n’ont pas le même gout que celle que je m’offre chaque semaine.
    Je vais donc continuer de me soigner aux huîtres !!!
    Bonne journée à tous.
    Eric

Les commentaires sont fermés.