Mon défi sportif : les foulées du Pont du Bonhomme

wbzh_running

Après le Tour de Houat, je me suis lamentablement reposée sur mes lauriers… Genre, « maintenant que j’ai couru Houat, je suis une coureuse et je cours ce que je veux quand je veux ».

Rions bien fort ensemble s’il-vous-plaît.

J’ai donc logiquement laissé tomber l’entraînement parce que la course était passée, parce que c’était la rentrée, parce que j’étais fatiguée… Il y a toujours tellement de bonnes excuses, pas vrai ?

Mais voilà, je me suis vite rendue compte que cela me manquait. Pas de souffrir pendant les deux premiers kilomètres, non ça, ça ne ne manque pas, mais de courir régulièrement. Cela ma fait un bien fou cet été et je n’ai pas su continuer à profiter des bienfaits à l’approche de l’automne. Quand je parle de bienfaits, je parle de bien-être mental et physique (mais pas de perte de poids, dommage, je n’aurais pas dit non ^__^).

Alors voilà, je me suis un peu (beaucoup) secouée et je me suis dit qu’il fallait absolument retourner courir. Ce que j’ai fait il y a 2 semaines. J’ai cru suffoquer… Croyez-moi, l’arrêt du running, ça ne pardonne pas.

Vu l’état déplorable de cette course sur mon moral, j’ai eu un déclic. Il me fallait un nouvel objectif parce que courir juste pour le plaisir, ça ne me convient pas. J’ai besoin d’avoir un objectif pour enfiler mes baskets et pour courir avec plaisir. Je ne crois pas avoir l’esprit de compétition par rapport aux autres mais plutôt l’envie de me dépasser moi-même.

Alors je me suis inscrite à une course très sympa qui se court près de chez moi : « Les foulées du Bonhomme » qui proposent deux circuits de 8,6 km et de 19,5 km le 15 novembre.

Contrairement à Houat où le but était de terminer, je me fixe un objectif pas hyper ambitieux : courir en moins d’une heure le 8,6 km. 50 minutes, ça serait top mais j’ai peur de ne pas être assez affutée, rapport à mes presque deux mois de glandouille et surtout à ma vitesse moyenne durant cet été. Je sais que je peux courir doucement longtemps mais accélérer le rythme, suis-je capable de le faire ?

La bonne nouvelle c’est que j’ai couru ce week-end en me poussant un peu aux fesses et qu’à ma grande surprise, j’ai tenu le rythme sur plus de 5 km. A 15 jours de la course, y’a de l’espoir, non ?

L’autre bonne nouvelle, c’est que Céline G avec qui j’ai couru le Tour de Houat prendra également le départ. Nous aurons peut-être la joie d’être accompagnées par Céline (celle que vous lisez ici-même) si son genou le veut bien, par son chéri et par la troisième Céline de la team Céline

Bref, vivement le 15 novembre !

 

 

20 commentaires

  1. Bon je dis rien sur l’arrêt du running, j’cours en méga dilettante hein et comme j’ai une opération qui approche ben je me minimise mes efforts (haha)
    Le 15 je penserais a toi, tu vas y arriver a boucler le chrono j’en suis sure!

  2. Bon courage depuis ma dernière course, je suis aussi restée sur mes bases et c’est pas malin. Faut que je me motive et que je m’y remette maintenant.

  3. Bonne idée ce nouveau défi, c’est vrai que ça motive pour sortir quand le froid est de retour! Ici, nous avons eu un magnifique soleil pour illuminer les couleurs de l’automne, cela m’a littéralement booster pour reprendre mes baskets!
    Bonne semaine à toi et bon entraînement.

  4. Je me retrouve tellement dans tes propos ! Moi je viens de faire une pause de presque deux semaines (en fait je n’ai pas couru cette semaine, et seulement 2 x 5 km la semaine d’avant – dont une fois autour d’un lac dans lequel les feuillages d’automne se reflétaient, pied intégral), et je redoute de m’y remettre sérieusement cette semaine. J’ai du mal moi aussi à tenir un rythme de plus de 9 km / heure sur plus de 5 km, même si ça m’est déjà arrivé…
    Bon entraînement !

  5. Je ne doute pas une seconde que tu remportes ce nouveau défi 😉
    Bon, moi, en revanche, c’est pas gagné, après 2 mois d’arrêt, j’ai refait une petite sortie test hier. Bilan, mon essuie-glace s’est réveillé au bout de 2kms, je suis dégoutée ! Je reprends la kiné dès cette semaine…

  6. Quelle justesse dans tout ce que tu décris !! La difficulté de se contraindre à la régularité, mais aussi la difficulté de s’endormir sur ses lauriers ! Et aussi avoir besoin d’un défi pour se motiver…je suis total raccord avec toi c’est pour cela que je me suis lancée un défi également pour juin. Par contre, je regrette de ne pas m’être lancée le même defi que toi dans 15 j…j’aurai dû…
    Bravo encore pour la justesse que tu as toujours à décrire ce que nous resentons toutes un jour sans savoir l’exprimer aussi bien, et bravo pour ta résolution à ce nouveau défi !!! Bon courage !!!!

  7. c’est drole comme les temps et les modes changent !
    A mon époque on appelait du jogging et avant, meme, on allait faire un cross !!!
    et maintenant c’est devenu du running !
    bonne journée

  8. Rhoo o mais oui tu vas y arriver, y’a pas de raison !!!
    Je voudrais tellement recourir aussi, moi j’adore ça … avec un baladeur dans les oreilles, je peux courir des kms sans problème. Enfin, ca c’était avant mon accident de moto qui m’a bien bousillé les genoux 🙁 Depuis je me traîne un symptôme rotulien sur les 2 genoux. Impossible de courir quelques metres … ouinnnnnn 🙁 Il faudrait que je me motive pour un autre sport, mais à part la natation je vois pas. Et ce sport nécessite une organisation particulière un peu lourde alors bon … pfffff

  9. Bravo pour ta ténacité! Tu vas y arriver c’est sur ? Par contre je pensais qu’on perdait du poids grace à la course???

  10. bravo Marjo,
    Bon l’année prochaine, je me dis que ça serait un joli défi cette course, je vais essayer de m’entraîner pour.
    Je pense jamais avoir couru…?

  11. Bonjour,

    J’y serai aussi et j’ai à peu près le même ryhtme que toi, on s’y verra donc certainement 😉

    Bon entrainement !

    Audrey

Les commentaires sont fermés.