wbzh lecture : Fleur de Tonnerre – avis

wbzh_fleurdetonnerre1

Nous y sommes, voilà notre première rencontre du cercle de lecture wbzh ! Yeah !

Nous avions donc ce mois-ci rendez-vous avec Hélène Jégado, héroïne du Fleur de tonnerre de Jean Teulé.

L’histoire (vraie) : Au XIXe siècle, Hélène Jégado traverse la Bretagne alignant les places de cuisinières et les cadavres empoisonnés sur son parcours.

Si vous n’avez pas lu le livre mais que vous comptez le lire un jour, je vous conseille de fermer ce billet maintenant. Sinon, suivez-moi !

Ce livre me faisait tellement envie que je pensais  » tomber » dedans et le lire d’une traite. Cela n’a pas été le cas. J’ai eu un peu de mal à m’habituer au style de Jean Teulé parfois un peu trop lyrique à mon goût, surtout que ce lyrisme intervient de manière assez improbable. « Le casse-burnes drosophile vrombissant » pour parler d’une mouche me semble un peu lourd par exemple (page 218 de mon édition Pocket). J’ai donc un peu peiné dans ma lecture et je l’ai abandonnée plus souvent que je n’aurais pensé. Pourtant, j’avais furieusement envie de suivre Hélène Jégado dans sa course folle. J’ai donc enchainé de courtes périodes de lecture mais assez fréquentes alors que je suis plutôt du genre à lire d’une traite.

Le personnage de Fleur de tonnerre est tout à fait captivant. On le comprend au fil du livre. Elle parle peu mais elle ne dévie pas d’un pouce de sa mission. Certes, elle est folle mais elle le cache extrêmement bien sous ses propres certitudes. Je ne sais si l’explication qu’elle donne à son confesseur la veille de sa mort est vraie où si Jean Teulé l’a romancée mais je la trouve très forte. Être terrorisée parce que ses propres parents sont terrorisés et ne pas se sentir protégée, devenir l’Ankou pour ne plus en avoir peur, cela relève finalement d’une très grande force de vie (et de folie, nous sommes d’accord) et cela m’a laissée un peu sonnée de lire ces quelques lignes.

Le passage que j’ai le plus aimé est sans nul doute celui où elle échange à Hennebont avec le vieux Kerallic à qui elle demande d’écrire « ANKOU » sur une feuille. Lui sait qu’elle vient l’empoisonner et la remercie de son ouvrage parce qu’il est au bout de sa vie. Il y a là une sorte de magie, de décalage gracieux entre ce que Fleur de tonnerre vient faire et la manière dont cela se déroule. Avec respect et courtoisie. On sourit presque de cette belle rencontre. Comme quoi, trop fréquenter Fleur de tonnerre même en lecture biaise un peu la limite du bien et du mal !

J’ai évidemment beaucoup aimé le fait que l’intrigue se passe à quelques kilomètres de chez moi dans des villages où je passe régulièrement. Je crois que je ne pourrai plus passer le Pont Lorois sans penser aux perruquiers normands. D’ailleurs parlons-en de ces deux-là… J’ai bien compris que Jean Teulé voulait en faire une histoire parallèle mais je trouve que celle de Fleur de tonnerre se suffit à elle-même. Qu’ils reviennent systématiquement comme un refrain a finalement plus perturbé ma lecture qu’il ne l’a enrichie.

wbzh_fleurdetonnerre2

J’aurais aimé en savoir un peu plus en revanche sur le procès et sur la guirlande macabre (là c’est aussi moi qui le devient un peu, j’en ai conscience en l’écrivant). Un « Faites entrer l’accusé » sur Hélène Jégado me plairait bien je pense…

Globalement, même si je n’ai pas dévoré ce livre, j’ai finalement pris beaucoup de plaisir à le lire. Suivre Hélène Jégado tout au long de sa vie, compter les cadavres derrière elle et attendre patiemment qu’elle se fasse prendre était plutôt une partie de plaisir. Je crois que c’est surtout l’histoire qui m’a plu plus que la manière dont elle était comptée. C’était mon premier livre de Jean Teulé, j’en lirai un autre je pense pour me faire un avis plus éclairé.

Et vous, avez-vous apprécié le style ? L’histoire ? Avez-vous dévoré l’ouvrage ou vous a-t-il laissé sur votre faim ?

Dites-moi tout ! Sinon wik…wik…  ^__^

Rendez-vous dimanche prochain, je vous dévoile le titre du nouveau livre !

 

55 commentaires

  1. Ca m’a fait sourire de voir Kerallic car j’ai vécu dans un lieu dit qui s’appelait ainsi (rien a voir mais j’ai kiffé)

  2. Je n’ai pas le temps d’en faire un bilan complet, mais en quelques mots: même réaction que toi face au livre. Je suis une boulimique de lecture , et là je laissais tomber le livre très vite, je n’ai même pas lu les 20 dernières pages…
    J’ai eu beaucoup de mal avec le style alambiqué de l’auteur, et j’ai eu l’impression de lire une succession de faits style dictionnaire (il paraît que c’est le style « historien », bah j’aime pas!). Je n’ai pas compris non plus ce que venaient faire là les 2 perruquiers.
    Par contre, j’ai adoré situé tous les lieux: j’ai de la famille à Bubry, j’ai grandi à côté d’Auray, vécu à Rennes… C’était une chouette impression en lisant 🙂
    Le mot de la fin: quand j’ai raconté à Chéri le sujet du livre, il a eu la même réflexion que toi « c’est Faites Entrez l’Accusé, ton truc! » 😉
    Hâte de connaître le titre du prochain!

      1. Ah mais je compte bien le finir 😉 Surtout qu’effectivement, la fin a l’air intéressante! Et je te rejoins à 200% sur le côté « catalogue », c’est exactement ça..

    1. Oui, lis les dernières pages, cela donne un éclairage différents sur Fleur de tonnerre, on lui retrouve une part d’humanité. Je te rejoins également pour le côté catalogue…

  3. J’ai trouvé cette lecture agréable, sans être non plus franchement transportée ! J’ai également picoré ce livre, bien plus que je ne l’ai dévoré, car je crois qu’à aucun moment je n’ai été vraiment happée par l’histoire…
    Pourtant, le personnage d’Hélène Jégado est passionnant et vraiment captivant, et j’ai été ravie de découvrir cette histoire assez dingue que je ne connaissais pas. On retrouve l’écriture de Jean Teulé que j’aime tant, le cadre est superbe, l’ambiance m’a beaucoup plu aussi… En fait, je ne saurais pas vraiment dire pourquoi ce livre m’a un peu laissé sur ma faim, tout en restant une lecture très agréable …
    Peut être parce que finalement, la succession des récits de meurtres m’a parue un peu trop linéaire, prévisible… Ce « catalogue » d’empoisonnements m’a un peu déçue je crois… Et à mon avis, c’est sa fin qui sauve ce roman, quand l’héroïne prend une nouvelle dimension, elle que je n’ai pas trouvé si attachante que cela tout au long du roman !

    Sans doute aussi parce que je suis toujours transportée par Jean Teulé, et que ce récit a un peu dérogé à la règle ! Je te conseille vraiment d’en lire un autre de cet auteur génial, mon préféré est clairement Le Montespan, l’histoire de l’époux de la célèbre Marquise, cocu magnifique, drôle et insolent ! Ou encore Darling ou le magasin des suicides. Après, je pense que Teulé est un auteur un peu à part, on aime ou pas !

    1. Rester sur sa faim, c’est un peu ça, effectivement. Les dernières pages et la confessions donnent sa dimension humaine à Fleur de tonnerre et c’est ce qui m’a touchée le plus comme je l’écris. La succession des meurtres est effectivement lassante, le côté catalogue nous blase et cela assez rapidement. Après, pour me faire une meilleure idée sur Jean Teulé, il faut que j’en lise quelques autres.

    2. je te rejoins sur le côté catalogue et répétitif des meurtres. D’un autre côté, ça a du être difficile pour l’auteur de raconter la vie d’un serial killer, qui suit toujours le même mode opératoire, sans être redondant….Pouvait-il éviter cet écueil?

  4. Et zou un comm qui part tout seul, ça c’est fait !
    Je disais donc, j’ai lu ce livre il y a deux ans je crois, après avoir regardé mon breton (peu expansif (mais c’est redondant non ? :P)) se gondoler en le lisant. Je vous rejoins sur le style de Jean Teulé mais je dirais plutôt que c’est un auteur là où depuis quelques années, je lis des écrivains (et à chaque fois que je croise un style d’écriture bien trempé, je me dis qu’il est temps que je me décrasse le cerveau). Bref, je suis d’accord ce n’est pas « facile » à lire, mais c’est beau et j’ai trouvé que celà valait la peine (mais Marjo comme toi, je n’ai pas pu le lire d’une traite). Je ne me souviens pas en détail de l »histoire si ce n’est que comme vous j’étais attachée au personnage. Et par contre, les deux zozos me faisaient beaucoup rire, ça je m’en souviens aussi. Donc je recommanderais ce livre sans hésitation aucune.
    Belle journée à toutes.

    1. Tu as peut-être raison, je suis un peu rouillée niveau lecture, il va vraiment falloir que je lise d’autres livres de Jean Teulé. De mon côté, je ne me suis pas vraiment attachée à Fleur de tonnerre mais les dernières pages me l’on rendue plus touchante. Belle journée à toi.

      1. Marjolaine, je parlais uniquement de moi pour le fait d’être rouillée hein ! je ne me serais jamais permise de parler de toi. Les deux demi bretons en bas âge sous mon toit n’ont vraiment mais alors vraiment pas aidé mes lectures sur les 6 dernières années… 😛 A bientôt.

  5. Je pense avoir un avis qui ressemble au tien, le style d’écriture ne ma pas trop plu mais j’ai adoré l’histoire surtout quand je me suis renseignée et que j’ai compris que c’était une histoire vraie.
    Cependant j’ai déjà lu du jean teulé « le montespan » ou « Darling » qui m’avait beaucoup plus.
    C’est rigolo parce que fleur de tonnerre j’ai fini de le lire hier, en me disant qu’il fallait absolument que j’active pour pouvoir participer aux avis!!!!
    Hâte de connaître le prochain livre 🙂

  6. Ce livre a été une grande déception pour moi.
    Teulé a livré d’excellents bouquins : le Montespan, Darling ou Le Magasin des suicides, O Verlaine, pour ses meilleurs (j’ai pas lu Charly-9).
    Je l’attendais sur la « matière bretonne » : j’ai été plus que déçue.
    Dans ce livre, il n’y a que des clichés sur la Bretagne : l’Ankou, les petites bonnes, la religion, les landes et les menhirs… Il n’y a aucun second degré (peut-être les perruquiers normands : Mais quel intérêt pour l’histoire ? – ou bien c’est pour rajouter un petit grain de sel sur le supposé affrontement Breton-Normand, car je crois qu’il est lui même Normand ou normand d’adoption ?) Bref : ça m’a semblé pas drôle, laborieux (ah ces successions d’empoisonnements, toujours les mêmes…). Ou bien je n’ai pas perçu l’ironie ?
    Ça ne m’empêchera pas d’attendre le prochain Teulé avec impatience 😉

    1. C’est vrai qu’on est dans le gros cliché mais cela devait être véritablement ainsi à l’époque. Pour les perruquiers, on est bien d’accord, ils sont saoulants ! L’ironie, je ne l’ai pas vue non plus, j’avais la sensation de quelque chose de plus clinique.

  7. Je viens tout juste de terminer la lecture de ce livre que tu avais proposé et je suis ravie de pouvoir partager mon avis (moi aussi je suis fan des clubs de lecture ;))
    J’ai moi aussi eu du mal à rentrer dans l’histoire, à m’attacher au personnage. Mais finalement, j’ai aimé le style d’écriture très lyrique et décalé à la fois (tout particulièrement les anachronismes de langage !). J’ai aimé ces deux Normands en toile de fond qu’on retrouve en parallèle de Fleur de Tonnerre et donnant un côté comique à son histoire. Et j’ai aussi aimé comment elle justifie ses actes par la mention du rôle de ses parents (n’y revient-on pas toujours ?) la rendant finalement un peu humaine.
    En tout cas, merci de cette proposition de lecture qui m’a permis de sortir de mes habitudes de lecture et à très vite pour la suite de ce club 🙂

    1. Un point de plus pour le style et les Normands alors de ton côté ! Le rôle des parents, on y revient effectivement toujours 😉

  8. Connaissant le style de Jean Teulé , j’ai été ravie de me lancer dans la lecture de ce roman et de participer à mon 1er club de lecture! J’ai aimé l’idée que plein de gens du blog lisait le livre au meme moment! Comme une impression de connexion avec des inconnus.
    Pour parler du livre, j’ai été un peu déçue, j’ai trouvé le style moins piquant et drole que dans le Magasin des suicides ou le Montespan, l’on reste très en surface du personnage d’Hélène Jégado et j’aurai aimé en savoir plus, notamment sur la tresse qu’elle confectionne en volant des objets ayant appartenu à ses victimes.
    Et pourquoi tu t-elle ses parents? La question reste en suspend.
    De meme, je rejoins plusieurs lectrices, j’ai eu du mal à accrocher et n’ai pas trop aimé cette succession de faits. J’aurai aimé que l’histoire soit un peu plus développée, riche.
    En revanche, j’ai adoré me balader en Bretagne et découvrir des lieux inconnus (j’ai regardé qq photo sur internet pour illustrer ma lecture).
    Vivement le prochain livre du club lecture!

    1. Oui, c’est vrai que moi aussi j’ai aimé savoir que plusieurs personnes étaient dans la lecture en même temps que moi ! Je retiens l’idée de fouiller sur internet pour découvrir les lieux lors de prochaines lectures.

  9. Je rejoins ton avis…
    J’ai bcp aimé le livre même s’il est vraiment très particulier et, contrairement à toi, je l’ai lu très rapidement!
    La fin avec l’explication de Fleur de Tonnerre m’a beaucoup plu.
    Par contre, les perruquiers ne m’ont pas gênés, j’ai même apprécié ce brin d’humour dans ce livre presque glauque.
    Merci pour cette découverte, je n’ai pas l’habitude de choisir ce type de livre! et Fleur de Tonnerre est passée par des coins que je connais aussi.

  10. J’ai lu ce livre il y a quelques mois. J’aime beaucoup la façon qu’a Jean Teulé de traiter les faits historiques avec acidité et humour mais là, j’avoue avoir eu un peu de mal à rentrer dans cette histoire et elle m’a un peu gavé fleur de tonnerre …

  11. Et bien quasi tout pareil que toi: première rencontre avec Teulé, et le 1er sentiment ressenti en fermant le livre était : déçue!
    Ce que j’ai bien aimé ( quand même)
    -Ce sont finalement les passages où l’on décelle de l’humanité ( c’est à dire très peu) chez fleur de tonnerre avec en particulier celui de la confession qui donne un peu de sens à tout ce périple meurtrier ( je crois que j’ai attendu un tel passage pendant tout le livre), puis celui du dialogue avec le vieux kerallic et enfin le passage où par amour elle épargne la vie de son amant.
    -La découverte de la vie très archaïque et les superstitions qui façonnent la vie de ces bretons il y a à peine plus d’un siècle.
    -Vagabonder à travers ce livre dans des lieux familiers.
    -Arriver à la fin du livre qui malgré son petit volume m’a paru très long!

    je n’ai pas aimé (surtout):
    -le ton que j’ai trouvé monotone pour narrer cette succession d’homicide
    -les perruquiers : mais quelle était leur valeur ajoutée????
    – le côté « coquille vide » donné à Fleur de Tonnerre.

    voilà! dans les starting blocks pour le prochain défi lecture 🙂

  12. J’ai bien aimé lire ce livre.
    J’ai adoré que l’intrigue se passe dans des lieux que je connais, tout les matins quand je passe le pont lorois je pense aux perruquiés !!
    Mais moi aussi je m’interroge sur leur rôle.
    J’avais déjà lu du Teulé et pour ma part j’aime bien.
    Hâte de connaître le prochain livre.

  13. Je n’étais pas sûre d’aimer cette lecture quand tu l’as proposée. Le titre, la couverture et le thème ne m’auraient pas attirés si j’avais été dans une librairie et je ne l’aurais certainement pas acheté.
    Mes premières impressions se sont confirmées tout au long de la lecture. Je l’ai lu en entier mais sans réel plaisir. J’ai trouvé l’univers superstitieux de la Bretagne profonde assez angoissant, même s’il était nécessaire de planter le décor. Le clin d’œil aux Normands m’a fait sourire les premières fois mais les croiser systématiquement était plutôt pénible. Le mode opératoire de Fleur de Tonnerre étant toujours le même, le rythme est monotone et la suite du récit prévisible. On accumule les morts par empoisonnement et on se demande bien pourquoi personne ne la démasque plus tôt.
    Je ne peux pas dire que j’ai détesté, mais je n’ai pas spécialement aimé. Ce n’est pas l’écriture en elle-même qui m’a déplue car j’apprécie beaucoup le style de Jean Teulé mais l’histoire, que j’ai trouvée ennuyante. Je le proposerai sans conviction à ma soeur. Nous avons notre petit club de lecture à toutes les deux, nous échangeons nos lectures et nos impressions, nous avons beaucoup de goûts en commun mais pas toujours (elle raffole des policiers, moi non), peut-être qu’elle aimera mais j’en doute.
    Hâte d’être à dimanche pour connaître ta nouvelle sélection !

  14. Je suis rassurée de lire que je n’ai pas été la seule à avoir du mal à le lire… J’ai été très déroutée par le début du livre, le style, le vocabulaire, le patois breton…. J’ai dû m accrocher et être dans ce groupe de lecture me l’a permis! Je l’ai lu en plusieurs fois, impossible de le lire d’une traité.
    Puis au fil de la lecture, la grande folie de Fleur de Tonnerre, cette froideur affective ( à part pour Matthieu), ces passages à l’acte à répétition, sans aucun état d’âme, pouvant éliminer sa propre famille, jeunes enfants, vieillards, m’ont interrogés…
    J’ai aimé les pointes d’humour, par exemple quand Fleur de Tonnerre s’interroge  » mais quel est ce bruit? Ah oui c’est moi Wik Wik…!!! » , ce qui la rendait un peu plus humaine. J’ai beaucoup aimé la fin, incroyable ce qu’elle dévoile…
    Je n’ai pas compris non plus ces perruquiers. Historiquement, les perruquiers avaient ils une importance? Comme je ne comprenais pas pourquoi on les croisait à chaque nouvelle avancée géographique d’ Hélène, j’ai fini par me dire que c’était ses hallucinations, des accompagnateurs/devanceurs de la mort qu’elle provoque…
    Je me suis aussi beaucoup interrogé sur la vraie histoire, je rejoins Alexandra ci-dessus, comment est ce possible que personne ne se soit douté de sa culpabilité? Mais c’est sans doute une autre époque, difficilement transposable à l’ère des NCIS et autres…
    Pour conclure, c’est un livre peu facile d’accès mais que je recommanderais car j’ai trouvé passionnant d’en apprendre sur la Bretagne et ses légendes!
    Et vivement dimanche prochain !

  15. Hello !
    J’aime bien Jean Teulé, son style vivant, très « parlé ». Je l’entends conter quand je le lis. Et puis il avait un sujet en or, dont je ne connaissais pas l’existence avant la sortie du livre.
    Mais là, il ne s’est pas foulé. Que de facilités, d’excès, de lourdeurs, et de clins d’œils pesants. Certains m’ont fait sourire (p. 170) :
    « -C’est le premier accident survenu sur cet édifice !
    -Il y en aura d’autres, promettent les Normands, si les Bretons bourrés continuent à rouler comme des cons ! »
    Mais dès les premières pages, la référence à Anatole Le Braz -le voisin laboureur-, m’a fait fort tiquer…
    J’ai tenu néanmoins jusqu’au bout, et j’ai bien fait, les pages sur Rennes et le procès sont les plus prenantes.
    Merci pour l’exercice.

  16. Je suis au milieu de la lecture…j’avoue l’histoire d’Hélène me plait mais je n’aime pas trop le style de Teulé. Surtout, je trouve que sa description de la Bretagne frôle la caricature. On dirait qu’il a voulu injecter tous les clichés les pires dès les 30 premières pages. EN plus sous couvert de description « ethnologique »! Cela m’a franchement agacée…Du coup, je l’ai laissé de côté pour d’autres lectures. Cela ne présage rien de bon car je ne fais jamais ça et je crains de ne pas revenir lire la suite, d’autant qu’entre temps j’ai fait des recherches sur internet pour connaître la « vraie » histoire.
    J’ai lu les dernières pages, pour voir, et là, c’était le plein délire!!! On se demande ce que buvait Teulé en écrivant! Certainement trop de Chouchen (qui comme le cliché le dit vous fait tomber à la renverse…)

      1. Je n’ai pas renoncé 🙂 Mais c’est vrai que j’étais déçue….J’avais flashé sur le roman à la librairie de l’aéroport de Nantes… Cette Hélène est quand même incroyable. Et loin de la soupçonner, les gens la croient miraculée car elle échappe à la mort alors que tout son entourage tombe comme des mouches!

  17. Je partage entièrement ces impressions. Même si le personnage de Fleur de Tonnerre est très intéressant je me suis lassée de la façon dont les meurtres se suivent. Cela donne une impression de catalogues…
    J’ai bien aimé le découpage géographiques du roman. Cela donne envie de refaire le parcours (sans le côté macabre bien sûre) !
    Par contre cela m’a donné envie de lire d’autres choses de cet auteur. On m’a dit beaucoup de bien du magasin des suicidés. Merci pour la découverte en tout cas. J’attends le prochain avec impatience.

  18. Je ne l’ai pas lu celui là mais j’ai lu d’autres romans Jean Teulé. Le premier c’était « Darling », j’avais vraiment apprécié même si c’est à la fois très dur et plein d’espoir. D’autant plus qu’il s’agit d’une histoire vraie. Le deuxième m’a définitivement passé l’envie de poursuivre avec cet auteur, c’est « Bord cadre » . Je l’ai trouvé très violent / étrange/ tordu moralement, et pourtant je ne me considère pas comme particulièrement sensible. Du coup je ne lirais pas « Fleur de tonnerre ». Au prochain livre alors 😉

  19. En même temps, Teulé ne livre pas du banal, c’est le moins qu’on puisse dire. Tu m’as donné envie de le lire, cet ouvrage… Il me manquait justement un livre en français à feuilleter sous le soleil !

  20. Bonjour

    Ce qui m’a motivé en premier lieu pour lire ce livre, c’est que ca se déroulait dans ma Bretagne!
    Je suis rentrée dans l’histoire par moment, en « comprenant » parfois Fleur de Tonnerre, et à d’autres moments je ne voyais que des successions de meurtres, avec très peu d’interêt (sans compter le périple en parallèle avec les perruquiers, qui n’apportait rien!). Je n’ai pas été plongée dans ce roman. Un peu de déception.
    Ceci dit c’était mon premier livre de Jean Teulé! Alors j’ai décidé dans lire un autre « Le magasin des suicidés », affaire à suivre!
    Bonne journée

  21. Étonnement, je n’ai pas du tout ressenti ça. J’ai adoré ce livre! Pourtant bretonne 100% pur beurre, je l’ai acheté à l’aéroport de Roissy juste avant de partir pour Montréal, l’ai lu sur les sièges de la salle d’embarquement, debout dans la file d’attente, sur mon siège pendant le décollage et l’ai fini au milieu de l’océan atlantique. J’ai fini par le laisser à un Québécois curieux d’en savoir plus sur notre région (je lui ai bien précisé que Fleur de Tonnerre n’était pas représentative de la Bretagne hein)!
    Ça fait déjà plus d’un an donc je ne me rappelle pas en détail mais j’ai apprécié justement ces figures de style, le fait qu’il n’utilise pas les mots communément usités. Ça m’en a sûrement fait apprendre quelques uns (laissés depuis dans les oubliettes de ma mémoire). Et puis je me rappelle avoir, au milieu du livre, réfléchi à cette démonstration de la violence qu’on voit de plus en plus à la télé (effectivement « faites entrer l’accusé » mais aussi toutes les émissions liées sur les crimes non résolus, les enquêtes impossibles de Pierre Bellemarre etc). Bizarrement, au début de ce livre, j’étais presque déçue de ne pas en savoir plus sur les crimes, plus de détails etc. Sur le moment, je me suis demandé d’où me venait cette envie de voyeurisme (puisque ça en est je pense) puis je me suis dit qu’on avait l’habitude de voir tous ces détails dans les médias et que du coup, on (je?) en était arrivé à en redemander ou du moins à trouver ça banal, normal.
    Cette réflexion m’a permis de suivre le livre plus attentivement et j’ai finalement apprécié ce côté « soft » (si tant est qu’on puisse parler de « soft » dans une affaire criminelle, réelle de surcroît).

  22. Ce n’est pas l’absence de description des meurtres qui m’a gêné mais plutôt l’absence de motivation, le côté mécanique sans logique, juste parce que.
    Effectivement, tu as bien fait de préciser qu’elle n’était pas représentative des bretons ^__^

  23. Idem le sujet me branchait bien moi quart de bretonne que je suis, mais j’ai du mal avec le style. Pourtant j’ai adoré écouter le Montespan, je te le conseille par ailleurs.

Les commentaires sont fermés.